Chair Title

Lorsque vous vous rendez sur la Place des Nations, vous remarquerez la Chaise brisée géante qui surgit sur la place autrement vide. Elle se trouve à côté des fontaines musicales, très populaires auprès des enfants et de leurs parents pendant l'été, et juste en face du Palais des Nations.

C'est aussi un lieu touristique très fréquenté, avec le Jet d'Eau, où les gens demandent à se faire prendre en photo sous la jambe gauche cassée de la chaise, avec vue sur le Palais des Nations et les drapeaux des États membres des Nations Unies.

Bien entendu, la Chaise brisée est bien plus qu'une installation d'art public saisissante. Savez-vous pourquoi sa jambe est cassée?

Chair Whole

 

Pourquoi sa jambe gauche est-elle cassée?

En 1996, Paul Vermeulen, cofondateur de l'ONG Handicap International Suisse, a commandé à l'artiste suisse acclamé du milieu artistique Daniel Berset, une chaise cassée de plus de 10 m qui devait être installée devant le Palais des Nations.

Paul et Handicap International voulaient utiliser cette sculpture pour attirer l'attention sur la violence causée par les mines terrestres et les armes à sous-munitions - des engins explosifs cachés sous le sol et déclenchés par des mouvements humains ou animaux - et pour persuader les dirigeants mondiaux de signer le traité d'Ottawa visant à limiter l'utilisation des mines terrestres en décembre 1997.

Le résultat est un impressionnant travail de menuiserie, d'une hauteur de 12 mètres et construit avec 5,5 tonnes de bois de sapin de Douglas par l'entreprise de menuiserie locale Louis Genève. Le monument était à l'origine la propriété de Berset, jusqu'à ce qu'il le transfère à Handicap international en 2004.

Cette chaise géante a une jambe gauche cassé, symboliquement mutilé par une explosion. Son message est simple et clair: se souvenir de la violence causée par les mines terrestres et les armes à sous-munitions. Il rappelle brutalement aux personnalités politiques en visite les innombrables victimes de ces bombes.

Cet important traité a été ratifié par 40 pays et est devenu un instrument de droit international qui fut mis en œuvre le 1er mars 1999. Avec l'aide d'autres organisations pour encourager les pays à signer le traité, Campagne internationale pour l'interdiction des mines antipersonnel (ICBLM) et Jody Williams, une militante américaine, ont reçu le prix Nobel de la paix en 1997 pour leur travail en faveur de l'interdiction et du déminage des mines antipersonnel.

La chaise brisée y a été installée en août 1997, et devait être retirée après la ratification du traité d'Ottawa. Mais en raison de l'échec de nombreux autres pays à signer le traité d'Ottawa et du large soutien dont bénéficie la sculpture et le message qu'elle porte, la Chaise brisée y est restée depuis.  

Aujourd'hui, alors que 164 pays ont ratifié le traité d'Ottawa, 40 pays ne l'ont toujours pas signé. Parmi les pays non signataires, on peut citer les États-Unis, la Chine, la Corée du Sud et la Russie.

Chair BW

 

Tentatives de suppression de la chaise cassée

Entre 2005 et 2007, la chaise brisée a été brièvement enlevée pour rénover la Place des Nations, mais à cette époque, la sculpture a acquis une notoriété mondiale et est effectivement devenue un nouveau symbole culturel de Genève. Il était difficile de justifier son retrait.

De nombreuses tentatives de divers pays pour la faire enlever sont restées infructueuses en raison de son héritage durable et de ce qu'elle représente. Dans un article sur la chaise brisée, Le Temps a déclaré:

"On ne se débarrasse pas de symboles aussi facilement. Son retour avait provoqué un débat passionné au sein des organisations internationales. Mais un large soutien a fait du travail de Daniel Berset une icône dans la lutte contre les mines et les bombes à fragmentation, ainsi qu'un lieu d'expression de toutes les injustices".

En 2008, Handicap International a publié une déclaration selon laquelle ce jalon serait également consacré au soutien d'un traité international d'interdiction des bombes à sous-munitions, la Convention sur les armes à sous-munitions, qui a été signée à Oslo en décembre de la même année. En 2016, elle s'est prononcée contre l'utilisation de toutes les armes explosives. En 2019, Handicap International a inauguré la chaise brisée au civil inconnu, les millions de victimes civiles inconnues de la guerre.

Selon l'ICBLM, alors que le financement des mines terrestres diminue chaque année, on observe une augmentation du nombre de victimes de mines terrestres, tendance inquiétante que le rapport sur les mines terrestres et les armes à sous-munitions de 2019 qualifie de préoccupante. À ce jour, 90% des victimes de mines terrestres sont des civils, dont 54% sont des enfants.

La Place des Nations accueille fréquemment des manifestations portant sur de nombreuses questions différentes que les militants estiment que les Nations unies devraient privilégier. D'une certaine manière, la chaise brisée sert de symbole d'action par l'unité et de rappel que la lutte pour ce qui est juste ne peut réussir que s'il y a un engagement inébranlable et uni envers la cause et pour la voir se réaliser.

En janvier 2020, lorsque Donald Trump reprendra l'utilisation des mines terrestres, l'unité contre les mines antipersonnel sera encore plus importante que jamais afin de renverser cette décision controversée.